Archive du jour : novembre 2, 2021

Les Lyonnais amoureux des pizzas et des repas japonais selon cette plateforme de livraison – actu.fr

Les Lyonnais amoureux des pizzas et des repas japonais selon cette plateforme de livraison – actu.fr

Par Rédaction Lyon Publié le 2 Nov 21 à 20:32  Actu Lyon Voir mon actu Suivre ce média La plateforme Just Eat a révélé ce qui était le plus livré dans les grandes villes. A Lyon, la pizza est largement devant. (©JB/Lille actu) Les Gones amoureux de pizzas. Mardi 2 novembre 2021, la plateforme de livraison Just Eat a mis en ligne le classement des plats les plus livrés dans les grandes villes, avec une évolution sur les dix dernières années. A Lyon (Rhône), en 2020, ce sont les pizzas qui ont été le plus commandées, suivies de près par les spécialités japonaises et les burgers. Un podium similaire, mais dans un ordre différent à celui de l’ensemble de la France : pizza, burger et japonais. À lire aussi Le règne hégémonique de la pizza depuis une décennie La spécialité italienne connaît un règne sans partage depuis maintenant 10 ans à Lyon. Il y a une décennie, elle était large première devant la cuisine indienne et pakistanaise et le japonais, qui était devant le chinois d’une courte tête. La cuisine japonaise a pris la deuxième place du podium sans la lâcher depuis la fin de l’année 2012. Le burger est lui apparu sur le podium en 2016 à égalité avec les sandwichs/paninis et la cuisine chinoise, avant de prendre son envol en 2017.  « Au cours de cette dernière décennie, et en particulier lors de l’année écoulée marquée par la crise sanitaire, la livraison à emporter s’est ancrée dans les habitudes des consommateurs » analyse la plateforme.  Dans ce top 10 de la plateforme, ferment la marche, dans l’ordre : le tacos, la cuisine indienne/pakistanaise, le kebab, la cuisine chinoise, les sushis, le poulet, les sandwichs/paninis. Si vous voulez voir la courbe de progression sur 10 ans, vous pouvez la voir sur ce site...

10 livres de cuisine pour soi ou à offrir – Les Échos

10 livres de cuisine pour soi ou à offrir – Les Échos

Publié le 2 nov. 2021 à 16:05Mis à jour le 2 nov. 2021 à 16:10 Petits secrets de grands chefs, de Véronique André Véronique André est journaliste gastronomique depuis 30 ans. Autant dire qu’elle connaît à peu près tous les chefs de France et de Navarre. Et bien d’autres, au-delà des frontières. Donc on peut la croire quand elle nous parle d’eux, de leur cuisine et de leurs petits secrets. Ici, on en suit plus de 60, depuis les 3* aux moins « capés » mais tout aussi talentueux. Chacun nous confie à la fois les clés d’une recette (entrée, plat ou dessert) – la fougasse bagnat de Christian Sinicropi, le riz au lait de Glenn Viel ou la crème de potiron et moules de Guy Savoy- et un peu de son histoire personnelle. Un livre fort sympathique à avoir pour qui s’intéresse à ce qu’il y a en dehors de l’assiette. Hachette cuisine, 25,95 euros, 288 pages Donburi, de Julien Lemarié Julien Lemarié, le chef rennais d’IMA (étoilé) et d’Imayoko, où il trace des balades culinaires aussi subtiles que savoureuses où se marient le terroir breton et l’Asie, est un fan du Japon. Au point d’avoir épousé une Japonaise ! Mais c’est avant tout un chef exigeant, doté d’une solide culture culinaire et d’une technique hors pair et un chef engagé, qui met un point d’honneur à ne travailler quasiment qu’avec des produits, notamment japonais, cultivés ou élevés en France (boeuf Wagyu, algues, tofu, poissons légumes, fruits…). Ce premier ouvrage célèbre le donburi, ces plats traditionnels et populaires du pays du soleil levant constitués d’un bol de riz sur lequel on dispose des garnitures variées. Dans son Donburi, il détaille 45 recettes originales et réinterprétées déclinées en trois familles (poissons, viandes, légumes). Sans compter 20 recettes de condiments (confiture d’algue, pickles, huiles...

Novembre : le mois des produits tripiers – L’Hôtellerie Restauration

« Osez manger osé » : cette devise reflète bien l’image des produits tripiers auprès de la clientèle, partagée entre le fait de goûter des plats traditionnels et de visualiser des morceaux de viande peut-être moins appétissants à l’état brut, surtout pour une clientèle novice. Ces produits sont pourtant très intéressants sur les plans nutritionnel et gustatif. © GettyImagesUne portion de boudin couvre la totalité des besoins journaliers en fer. ► Des morceaux de choix Les produits tripiers ou abats sont des morceaux provenant du bœuf, du veau, de l’agneau et du porc. Les abats de bœuf et de porc sont réputés pour leur saveur franche tandis que les abats de veau et d’agneau sont appréciés pour leur finesse. Foie, rognons, rate, poumons, cœur, langue, joue, hampe et onglet sont des abats rouges, par opposition aux abats blancs en partie transformés par le tripier : tête, fraise, oreilles, gras-double… Ces morceaux, qui ont en plus l’avantage d’être économiques, sont fréquemment à la carte des bistrots et apparaissent de plus en plus dans les menus des grands restaurants, remis au goût du jour par des chefs inspirés. ► Des atouts nutrition Certains abats sont pauvres en matières grasses : foie, rognons, tripes, ris de veau affichent moins de 6 % de lipides, tandis que la langue atteint presque 15 % de matières grasses (mais cela reste moins qu’une entrecôte bien persillée qui dépasse 17 %). Ce sont souvent les sauces qui alourdissent le produit en énergie. Les abats sont également très riches en protéines (environ 20 %) qui permettent le maintien de la masse musculaire, et très riches en fer : une portion de foie de veau couvre la moitié des besoins en fer de la journée pour un homme (et 30 % des besoins journaliers pour une femme) et une portion de boudin la totalité ! Ils...