Archive du jour : novembre 4, 2021

RECETTE : Chorba ou Harira tout légumes – France Inter

Une recette d’Andrée Zana Murat. Les légumes © Getty Harira au Maroc, la Chorba tunisienne est LA grande soupe de la cuisine judéo-arabe.  C’est elle qui accompagne la sortie du jeûne pendant la période du Ramadan, c’est dire si elle est nourrissante surtout si elle est cuisinée à la viande comme le veut la tradition.  Cette version est sans viande (j’ai ajouté 3 courgettes et 2 carottes).  Depuis la version du livre  (mais qui fonctionne très bien tel quel), j’ai supprimé la Maïzena pour épaissir la soupe, je préfère la cuisiner avec une plus grande quantité de pois chiches et en écraser une partie.   Pour 6 à 8 personnes   Préparation : 20 min – Cuisson : 2 h  2 oignons  2 carottes   1 cœur de céleri ou 2 grosses branches 2 ou 3 courgettes  1/2 bouquet de persil plat 1 bouquet de coriandre  1 cuil. à soupe de concentré de tomate 1 boîte de 400 g de pulpe de tomates nature ou 500 g de tomates fraîches  2 doses de safran 200 g de freekeh (ou riz rond blanc ou complet, blé, épeautre…) 1 bocal de pois chiches cuits (400 g égouttés)  100 g de lentilles blondes (ou en bocal cuites nature) 1 cuil. à soupe rase d’harissa (facultatif) 1 citron 8 cuil. à soupe d’huile d’olive Sel, poivre Rincer les lentilles et les cuire 30 à 35 min dans 3 fois leur volume d’eau froide sans sel. Éplucher les oignons et les couper en petits dés. Effiler le céleri, le rincer et le couper en fines lamelles. Peler les carottes et les couper en petits dés. Retirer les extrémités des courgettes, les rincer et les couper en dés sans retirer la peau.  Rincer et sécher le persil et la coriandre, couper le bout des tiges (la partie la...

Les fameux rognons entiers de Denis Guyon de l’Auberge du Gros – France Bleu

Proposant une cuisine que l’on peut amplement qualifier d’ancrée dans sa région, la Lorraine, et plus précisément la Moselle. L’auberge du Gros, à Landremont c’est une institution pour bon nombre de Messins et de Messines. Mais Denis Guyon est à lui tout seul un emblème de la bonne popote. Rognons entiers, ris de veau et autres délicieux abats sont présentés actuellement sur sa carte de saison. Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Tartare de saumon de Norvège à la nordique – Kiss My Chef – Kiss My Chef

Tartare de saumon de Norvège à la nordique Niveau de difficulté : très facile Portions 4 personnes Temps de préparation 20 min Ingrédients 4 jaunes d’œufs 2 c. à café de betteraves râpées 1 c. à café de câpres 1 zeste de citron 1 jus de citron 160 g de saumon de Norvège sel poivre 1 c. à café de raifort 1 bouquet d’aneth fraîche Instructions Enlevez la peau et les arêtes du filet de saumon de Norvège. Coupez-le ensuite en dés, salez, séparez en deux parts égales et mettez la préparation dans deux petits moules ronds (10 cm de diamètre environ). Retournez-les ensuite dans les assiettes. Dans chaque assiette, placez un jaune d’œuf sur les dés de saumon de Norvège, un peu d’aneth, la betterave râpée, les câpres, le raifort râpé, un zeste de citron et versez le jus de citron. Mélangez le tout et dégustez ! Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Les fameux rognons entiers de Denis Guyon de l’Auberge du Gros – francebleu.fr

Proposant une cuisine que l’on peut amplement qualifier d’ancrée dans sa région, la Lorraine, et plus précisément la Moselle. L’auberge du Gros, à Landremont c’est une institution pour bon nombre de Messins et de Messines. Mais Denis Guyon est à lui tout seul un emblème de la bonne popote. Rognons entiers, ris de veau et autres délicieux abats sont présentés actuellement sur sa carte de saison. Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Le Tréport. Un restaurant dédié à la cuisine péruvienne a ouvert ses portes – actu.fr

Le Tréport. Un restaurant dédié à la cuisine péruvienne a ouvert ses portes – actu.fr

Par Rédaction Eu Publié le 4 Nov 21 à 7:15  L’Informateur d’Eu Voir mon actu Suivre ce média De droite à gauche, Mathieu Chabalgoïty, Katia et Martha. (©L’Informateur) Mathieu Chabalgoïty et sa mère Martha ont ouvert au Tréport (Seine-Maritime), un restaurant dédié à la cuisine péruvienne, « Le trésor des Incas ». Martha a quitté le Pérou à 19 ans pour devenir à Paris jeune fille au pair dans le but de découvrir la langue et les traditions françaises. À lire aussi « Nous avons le goût du risque » Elle y a rencontré le père basque de ses deux garçons et fait carrière dans la restauration. Avant tout vendre car elle nourrissait un projet avec son fils Mathieu : ouvrir un restaurant mettant en avant la cuisine de son pays d’origine. Elle explique : « Il faut aller sur Paris pour trouver ce type d’établissement, dans la région ce qui s’en rapproche le plus est le restaurant Nikkei à Rouen qui mixte les cuisines japonaise et péruvienne. Mes enfants ont été élevés dans les deux cultures. Nous passions les vacances d’hiver au soleil au Pérou. Mener ce projet avec mon fils est un gros challenge mais nous avons le goût du risque et nous y croyons ». À 30 ans, Mathieu a étudié dans une école de commerce, mais travaillait également durant les vacances dans l’établissement de sa mère : « Le Pérou a obtenu de 2011 à 2019 la distinction de première destination culinaire des World Travel Award, experts de l’industrie du tourisme et de la gastronomie, relayée depuis deux ans par l’Italie. La cuisine péruvienne est plus laborieuse que la cuisine française, avec beaucoup de préparation, mais n’en demeure pas moins l’une des meilleures du monde ». « C’est le berceau de la pomme de terre avec plus de 800 variétés différentes. Elle est relevée mais trop épicée pour les...