Archive du jour : novembre 10, 2021

LIVRE DE CUISINE : LES RECETTES JAPONISANTES DE L’ÉTOILÉ RENNAIS – Rennes Infos Autrement – Rennes infos autrement

Dans la capitale bretonne, Julien Lemarié est propriétaire de l’étoilé IMA (boulevard de la Tour d’Auvergne) et de l’Imayoko (juste à côté). Amoureux fou du pays du Soleil Levant, il sort un ouvrage bien fait (comme sa cuisine!) où il décline ses recettes iconiques et japonisantes au fil des pages.  Photo Franck Hamel. On y retrouvera les secrets du plat traditionnel de la cuisine japonaise, le Donburi (le titre du bouquin). Mais pas que…Julien Lemarié invite à découvrir ses soupes, ses desserts inspirés par le Japon (quinze recettes), mis en lumière par un photographe culinaire talentueux et rennais, Franck Hamel.  Dans cet ouvrage, le chef dévoile ses astuces pratiques, ses temps de préparation et de cuisson du riz, ses condiments (confiture d’algues, huiles parfumées…). Bref, il en dit beaucoup sur ses petits secrets. Il va même jusque’à dévoiler les noms de ses fournisseurs locaux en produits japonais : Hirai Takayoshi (miso, sorte de pâte fermentée), Sébastien Chérel (boeufs Wagyu), Jean-Marc Pedron (algues fraiches).  Donburi, édité chez Alain Ducasse, au prix de 30 euros. Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Il remet des recettes de cuisine tunisienne au goût du jour, à Fatouville-Grestain – L’Eveil de Pont-Audemer

Par Emma Grivotte Publié le 10 Nov 21 à 12:22  L’Éveil de Pont-Audemer Voir mon actu Suivre ce média À Fatouville-Grestain (Eure), Benjamin P. Smadja (ici avec le droo) ressuscite les recettes tunisiennes de son enfance dans un livre. (©L’Éveil de Pont-Audemer / EG) Connaissez-vous le hlouh, un dessert à base de couscous doux à la confiture d’abricot, avec du potiron, de l’oignon et de la vanille ? Le psalouloubia, ou cassoulet tunisien ? Ou encore la pkeïla, un ragoût de bœuf au confit d’épinards ? Toutes ces recettes alléchantes sont recensées dans un livre, Chronique de la cuisine tunisienne d’antan, que vient de publier Benjamin P. Smadja, habitant de Fatouville-Grestain depuis une dizaine d’années. Il y réanime notamment des « spécialités de Tunisie qui ne se font pas ailleurs au Maghreb, et qui se perdent, car c’était une tradition orale et qu’il y a peu d’écrits. » À lire aussi D’autres plats d’Afrique du Nord, comme le couscous, sont pourtant très appréciés en France, grâce aux pieds-noirs, progressivement revenus après l’indépendance du Maroc et de la Tunisie en 1956 puis de l’Algérie en 1962. « Ce n’est pas juste un livre de cuisine, affirme ce passionné de 64 ans, c’est un livre qui parle de la place de la gastronomie dans la vie de la communauté sous protectorat français du 19e à la fin du 20e siècle. » Le contexte des plats est raconté dans un court texte avant chaque recette, comme celui des galettes plates que les habitants du désert faisaient lever sur le sable avant de les cuire sur des braises. Le hlouh, couscous sucré à la confiture d’abricot, au potiron et à la vanille. (©Benjamin P. Smadja) La famille de Benjamin P. Smadja fait partie de la communauté des Juifs séfarades de Tunisie et a aussi émigré en France, où il est né. Certaines...

Le Poulet Karaage qu’est-ce que c’est ? Le chef Juan Arbelaez dévoile sa recette secrète ! – Public

Et c’est le chef Juan Arbelaez qui partage sa recette bien à lui. Ingrédients pour 2 amoureux de la cuisine japonaise : – 2 blancs de poulet – 3g de gingembre – 1 cuillère à soupe d’huile de sésame – 1 cuillère à soupe de mirin – 3 cuillères à soupe de sauce soja – 1 cuillère à soupe de saké – 100g de fécule de pomme de terre – 30cl d’huile de friture – 2 oignons cébettes – 10g de sésame noir – 1/4 de citron vert LES ÉTAPES À SUIVRE  Étape 1 : Préparez votre marinade. Dans un saladier, râpez le gingembre, et ajoutez-y le mirin, le saké, l’huile de sésame et la sauce soja. Déposez vos blancs de poulet dans la marinade et laissez reposer 15min.  Étape 2 Découpez vos blancs de poulet en aiguillettes et trempez-les dans la fécule de pomme de terre. Étape 3 Faites revenir vos aiguillettes de poulet dans un wok  avec de l’huile de friture jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées. Réservez. Étape 4 Faites réduire la marinade du poulet dans une poêle chaude. Puis versez-la sur le poulet. Étape 5 Assaisonnez avec un peu de jus de citron vert, voilà c’est prêt.  Avec cette recette, sa chérie Laury Thilleman craque forcément !  À faire aussi : Julie Andrieu : sa recette de spaghetti à la crème de piquillos et jambon basque croustillant va vous étonner ! OM à lire aussi Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Comment réussir le gratin dauphinois comme mémé – Top Santé

Mémé nous le répète à chaque fois : surtout pas de fromage dans ce gratin, qui doit son moelleux uniquement à la crème ! Sur une simple base de pommes de terre, son gratin dauphinois se sert aussi bien avec des viandes rôties en mode « déjeuner de famille » qu’avec une salade verte pour un repas végétal. La recette inratable du gratin dauphinois Les ingrédients Sur le même sujet 1 kg de pommes de terre 1 gousse d’ail 50 cl de crème liquide quelques pincées de muscade beurre pour le plat et la cuisson (facultatif) sel, poivre La recette Préchauffer le four à 190-200 °C (th. 6-7). Peler les pommes de terre, les couper en tranches régulières de 2 à 3 mm d’épaisseur à l’aide d’une mandoline. Couper la gousse d’ail en deux et en frotter l’intérieur du plat, beurrer ce dernier. Y étaler les tranches de pommes de terre bien à l’horizontale, de façon régulière, en les faisant se chevaucher et non recouvrir complètement, couche par couche. Mélanger la crème avec un peu de sel, de poivre et de muscade. La verser sur les pommes de terre. Facultatif : parsemer de parcelles de beurre. Couvrir d’une feuille de papier aluminium. Enfourner 45 min, puis ôter la feuille d’aluminium et poursuivre la cuisson 30 min : on cuit sans se presser, secret d’un gratin moelleux et pas sec. Les astuces de mémé pour le réussir La double cuisson des pommes-de-terre : les tranches sont d’abord précuites dans du lait frémissant (dans lequel on peut faire infuser du thym ou du laurier pour l’aromatiser), puis disposées dans le plat avant d’être arrosées de crème. Pour un gratin fondant, mais qui se tient au service, on opte pour des pommes-de-terre fermes et fondantes à la fois : amandine, belle de Fontenay, pompadour, charlotte, monalisa, roseval… Pour une bonne...